Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

...

  • : Fanny, la Cerise qui mange des cailloux
  •  Fanny, la Cerise qui mange des cailloux
  • : Il est des images qui se dessinent dans ma tête et sur le papier. Je voulais les partager !
  • Contact

UNE CERISE...

Manger des cailloux c'est pas le tout,

encore faut-il les digérer !

Comprendre le monde c'est aussi difficile qu'essayer d'avaler un gros caillou.

Mais si on le casse en petits morceaux...

voire en poudre.

Et si on se met à plusieurs...

ben ça passe mieux!

Du moins, je pense.

/ / /

 

Ma tête va imploser.

Des idées, trop d’idées grouillent là-dedans. Saturation, surpopulation, famine.

Elles s’entassent, se heurtent faute de place.

Les vieilles, les connes, les obsolètes, les futiles… toute cette vermine s’incruste alors que les nouvelles, les belles intellectuelles, les surprenantes et les pertinentes bousculent au portillon et entrent sans se soucier du manque d’espace.

Ça s’entasse.

 

Collées, serrées, les grabataires qui puent se révoltent contre cette invasion et frappent les néo-arrivantes, elles martèlent et catapultent leurs convictions.

Ma tête vibre de tant de violence.

 

C’est une guerre soudaine et implacable.

Les idées,

MES idées,

se fâchent et se tabassent.

Guillotine, chars d’assaut, guerre bactériologique, arcs et fléchettes… elles veulent s’éliminer mais ne font que gesticuler en vain.

Ma tête a mal de tant de survivantes.

 

Il faudrait que certaines acceptent mollement de mourir. Une ou deux volontaires au sacrifice, un suicide collectif dont ne survit que le gourou et le choix est fait.

Une petite bombe atomique et c’est réglé, une idée mutante en guise de rescapée. Un naufrage, un incendie, une dictature, un PUTCH !

Mais non.

ÇA se contente de fourmiller, de jouer à qui mieux-mieux et à toute allure qui plus est.

Ça court,

ça se dépasse,

ça part puis revient. Ça fait chier.

 

Je penche ma tête et frappe un peu… espérant que les verreuses s’écoulent par une oreille, gentillement, tout doucement. Pensant qu’en la redressant, l’ordre serait fait. Mes pensées seraient rangées, classifiées, étiquetées. Telles de joyeux petits soldats en rang d’oignon avec une autorité écrasante en guise de sergent. Une idée major. L’idée. La certitude,

cette princesse courtisée qui apporte calme et sérenité à son peuple de grouillots.

 

C’est décidé, un bon coup de pieds dans cette foutue tête… PAF!

 

Hémorragie interne... grand nettoyage.

 

FANNY-

Partager cette page

Repost 0
Published by